IBM et son écosystème blockchain

Dans un communiqué de presse publié le 8 décembre 2016 sur leur site, IBM annonce vouloir créer un « écosystème blockchain » car « la Blockchain a le potentiel de transformer la façon dont les industries mènent à bien leurs transactions commerciales ». De fait, IBM veut créer un écosystème afin que les participants au développement de cette technologie puissent travailler en open innovation. Cela devrait augmenter la rapidité des processes associés.



En effet, conçu pour les innovateurs qui souhaiteraient construire des sosystème mettra à leur disposition des modules et des outils de sorte à réduire le temps d’exécution des différents projets. Les professionnels d’IBM seront également joignables via le canal Hyperledger Fabric slack pour aider les développeurs et identifier les problèmes qui peuvent surgir. IBM s’engage également à produire des cours et modules d’apprentissage pour les utilisateurs professionnels avec des bibliothèques de code, des modèles de contrats intelligents et d’autres outils.

L’écosystème blockchain IBM est un environnement ouvert dans lequel les organisations peuvent collaborer sur des visions techniques et commerciales partagées ou complémentaires à l’aide de l’Hyperledger Fabric et obtenir une aide au développement ou à l’obtention de nouvelles compétences. Entre autre, EY va aider les clients à tirer parti de la blockchain dans l’amélioration de leurs business. On retrouve également dans cet écosystème des acteurs blockchain tels qu’Everledger qui permet d’authentifier et certifier des objets de luxe, Skuchain qui est un outil logistique ou encore Mooti qui fournit une identité auto-souveraine avancée en utilisant sa nouvelle norme pour l’identification et validation cryptographique, et bien d’autres encore.

Le 17 décembre 2016, IBM organisera un connect-a-thon en utilisant la Hyperledger Fabric 1.0. IBM développe rapidement ses capacités blockchain et travaille activement avec les entreprises pour comprendre ce qu’il faut pour que la blockchain soit opérationnelle en entreprise. Les services financier, la supply chain, l’IoT, la gestion des risques, des droits numériques et les soins de santé sont quelques-uns des domaines qui sont en passe de changer radicalement en utilisant le réseau des blockchain.

La question de l’utilisation de la blockchain par les banques centrales est un sujet qui revient régulièrement au premier plan. Surtout depuis que la Banque Centrale Européenne et la Banque du Japon ont annoncé vouloir réunir leurs forces pour explorer l’idée d’émettre une monnaie digitale. D’autres banques centrales comme celle du Royaume-Uni sont déjà en recherche active sur le sujet, la banque centrale canadienne ayant même émis un prototype appelé « CAD-coin ».

La FirstRand Bank, en Afrique du Sud, a publié un document intitulé « L’avènement du Crypto Banking ». Ce document est en partie une réflexion plus profonde de ce que pourrait ressembler une monnaie numérique émise par des banques centrales, en évoquant le terme de « blockchain souveraines ». L’avantage d’une blockchain souveraine serait la capacité d’utiliser la visibilité complète pour promouvoir la conformité fiscale de chacun. De plus, les contrats intelligents pourraient devenir un mécanisme de perception des recettes fiscales en temps réel. Bien que de nature spéculative, le document soutient fermement que la technologie blockchain pourrait, si elle était pleinement appliquée à la façon dont fonctionnent les banques centrales, pourrait avoir un impact profond et significatif.

Plusieurs entreprises participent déjà à l’écosystème blockchain d’IBM :

Cloudsoft. Cet éditeur propose des outils open source pour la gestion d’applications multi-cloud. Il dispose également d’un service de chaine de blocs Cloudsoft Blockchain Service, qui permet aux entreprises de mettre en place des réseaux blockchain Hyperledger dans des lieux géographiques multiples. Ce fournisseur mondial de services d’assurance, de services fiscaux, de transaction et de conseil estime que la chaîne de blocs pourrait perturber en profondeur le fonctionnement des industries et pourrait obliger les entreprises à adopter de nouvelles structures et de nouveaux modèles d’affaires pour survivre et prospérer dans ce nouveau monde du blockchain.

Everledger. Cette entreprise britannique utilise IBM Blockchain pour authentifier et tracer l’origine de produits de valeur ou de luxe, comme les diamants et le vin.

Gliding Eagle. Cette entreprise basée en Californie propose une technologie cloud et mobile pour suivre l’acheminement de produits du producteur au consommateur final, partout dans le monde.

The Hive. Ce très récent fonds de capital-risque axé sur l’intelligence artificielle et les applications Big Data créé des joint-ventures dans l’écosystème Blockchain d’IBM.

IntellectEU. Cette entreprise est spécialisée dans l’intégration financière internationale de chaines de blocs Hyperledger et Ethereum. Elle dispose d’équipes au Portugal et en Ukraine. IntellectEU est membre fondateur du projet Hyperledger de la Fondation Linux. Elle offre des services professionnels spécialisés, des services de développement d’applications et d’intégration.

Loyyal. Cette plate-forme de fidélisation et de remises utilise blockchain et des contrats intelligents (smart contracts) pour offrir une infrastructure interopérable de fidélisation et de remises.

Mooti Blockchain Digital Identity. Mooti utilise une chaîne de blocs pour effectuer une validation avancée de l’identité. L’entreprise est capable d’exécuter des chaînes d’identité dans n’importe quelle chaîne de blocs, d’où une meilleure confidentialité des données. La solution permet aussi d’accéder à des fonctions de révocation temporisée et de signature numérique anonyme.

NetKi. Cette startup de Los Angeles spécialisée dans l’identité numérique fournit une suite de solutions standards basées sur des blocs de chaînes pour construire des applications et des services.

Sensify Security. Cette startup de Palo Alto spécialisée dans la sécurité des appareils IoT permet aux opérateurs de renforcer le contrôle d’accès de leurs environnements opérationnels avec des outils décentralisés.

Skuchain. Cette startup développe une plate-forme de commerce collaboratif basée sur blockchain appelée Brackets.