Digital Trade Chain : une plateforme blockchain pour les banques européennes

 

kbcUn groupe composé des sept plus grandes banques européennes ont signé un Memorandum of Understanding (MoU) à Bruxelles pour développer une plateforme transfrontalière commune dans le but de faciliter le commerce domestique et international pour les PME (petites moyennes entreprises) et les ETI (entreprises de taille intermédiaire).

Parmi les banques participantes, on peut retrouver le géant anglais HSBC, l’institution allemande Rabobank, les institutions financières françaises Société Générale  et Natixis , le groupe bancaire italien UniCredit et belge KBC. Ces banques se sont engagées à participer au développement et à la commercialisation d’une nouvelle offre baptisée Digital Trade Chain (DTC).

 

Basée sur un prototype de solution développé par KBC, la banque belge participante, la Proof-of-Concept (PoC) originelle a été développée en tant que solution de financement commercial et de supply chain . KBC a choisi Cegeka pour l’expertise IT de la société en technologie blockchain. KBC et ses banques européennes voisines explorent actuellement comment cette application peut aider à faciliter et à stimuler le commerce international entre les PME.

 

En effet, dans le but de simplifier le financement du commerce, la nouvelle application blockchain DTC est une plateforme numérique pour la gestion, le suivi et la protection des transactions commerciales nationales et internationales entre PME et ETI et la simplification du financement du commerce. L’application qui comprend la plateforme DTC lie les parties entre elles. En outre, le registre distribué enregistrera, suivra et sécurisera les transactions en reliant l’acheteur et le vendeur, leurs banques individuelles et le transporteur logistique, numériquement via l’interface en ligne et les applications mobiles. L’application enregistre l’ensemble du processus commercial de l’ordre au paiement, l’affichant dans un organigramme rapide et garantissant le paiement lorsque tous les accords contractuels ont été respectés. La plate-forme est entièrement automatisée et disponible 24/7, donc le processus de commande à paiement est beaucoup plus rapide que l’échange traditionnel de documents. Elle nécessite également beaucoup moins d’administration de back-office.

 

L’accent mis sur les PME est dû à leur préférence pour un processus commercial plus simple dans lequel le produit est expédié et livré avant qu’un paiement soit dû. Dans ce cas, le paiement ne se réalise que dans une période allant d’un à trois mois. Cette pratique est contrastée par celle des grandes entreprises qui utilisent le crédit documentaire ou la lettre de crédit, dans lesquels une banque garantit le paiement d’un acheteur à un vendeur à une date convenue. Digital Trade Chain aidera donc à faciliter la transparence de bout en bout réclamée par le groupe bancaire tout en réduisant de façon significative les taches administratives pour la PME, tout en accélérant le processus commande-règlement.

Le nouveau consortium estime que les PME bénéficieront d’un commerce avec de nouveaux partenaires sur une plateforme transparente et sécurisée, contribuant ainsi à un meilleur écosystème commercial régional et au niveau européen.